lundi 22 août 2011

Green Lantern.


Un casting qui s'annonçait de plus en plus pourrave. Des premières images d'un costume à faire pleurer. Des trailers à vomir. Et l'annonce d'un ajout de dix millions de dollars au budget initial pour améliorer les effets spéciaux (je crois que ça, c'était le pire)... Et pourtant, je suis allé le voir. Parce que je suis un fan de comics. Et que c'est mon devoir (et aussi parce que ma vie est vide de sens actuellement, mais bon...).

Et donc, Green Lantern...

C'est Martin Campbell à la réalisation. Deux bons James Bond au milieu de pléthores de bouses infâmes.
C'est l'histoire d'un pilote d'essai téméraire choisi pour intégrer une police interstellaire, Le corps des Green Lantern.
C'est aussi l'histoire de ses doutes et de ses dilemmes. Et ça, on s'en branle pas mal.
C'est ni Ryan Gosling, ni Bradley Cooper, ni Chris Pine (mon favori), ni Justin Timberlake. Un putain de fail dans le casting.
C'est le regard vide de Ryan Reynolds (pas aidé par son strabisme, j'avoue).
C'est le jeu d'acteur épouvantable de Ryan Reynolds (pas aidé par son strabisme, j'avoue).
C'est la preuve que Ryan Reynolds a autant de charisme qu'Ed Speelers (qui se souvient d'Eragon ?) et donc, moins qu'une huitre (pas aidé par... bon ok, j'arrête).
C'est un cinquantaine de "What the fuck?!"
C'est des dialogues affligeants.
C'est la confirmation que Blake Lively ne sait pas jouer. Mais que grâce à son cul et ses seins, elle s'en sortira quand même dans la vie.
C'est Peter Sarsgaard et Tim Robbins qui se sont perdus.
C'est le traumatisme d'Hal Jordan quand son avion s'écrase. Du grand cinéma.
C'est une planète Oa aussi laide qu'Asgard.
C'est dix minutes dans l'espace et une heure quarante sur Terre. Ou comment passer à côté de tout le potentiel space opera du comics.
C'est Mark Strong en Sinestro. Il aurait pu sauver le film, si on le voyait plus de quatre minutes.
C'est un abus de plans serrés sur les visages. Pour palier les décors inexistants.
C'est la confirmation que les costumes en CGI, c'était vraiment pas une bonne idée.
C'est la pire adaptation de comics que j'ai jamais vue. Et pourtant, j'ai vu Ghost Rider.
C'est croire qu'on a déjà vu le pire. Et pourtant.
C'est un humour et des choix capillaires douteux, un sidekick moisi qui a même pas de nom, une intrigue amoureuse sans intérêt et un mec qui apprend qu'il n'est pas le seul mais qui va quand même devoir se démerder tout seul à la fin... Ouh putain, mais c'est le scénario de Ghost Rider.
C'est un attentat cinématographique sur Kilowog (mon Lantern préféré). Ou comment faire du meilleur stratège du Corps un putain d'abruti.
C'est Tomar-Re qui ressemble à un travelot.
C'est Parallax en gros nuage noir, quand il est bien fait.
C'est Parallax en gros torchon, quand il est mal fait.
C'est les deux seuls gars au monde qui ont trouvé que Galactus en gros nuage noir dans Rise of The Surfer c'était une bonne idée. Et ces deux mecs étaient chargés du design de Parallax. Ou quand le sort s'acharne.
C'est l'impression qu'on regarde un screen test. Avec des effets spéciaux pas finis.
C'est des scènes d'action incroyables. Non, je déconne.
C'est une bande originale désastreuse. Putain, ils ont même réussi à foirer la musique.

Green Lantern, comme dit le professeur Malcom... "C'est vraiment un gros tas de merde."

3 commentaires:

Envyzzz a dit…

Tu vois, c'était un peu évident vu la bande-annonce que ça allait être un film de merde. Pas comme la planète des s... enfin bref.

Je suis rentrée. Faut que tu viennes manger un poulet et regarder la planète des singes, mais pas celui qui est mauvais hein :3

sissile a dit…

Pire que Ghost Rider ?! Non je te crois pas, c'est juste pas possible ! Tfaçon je vais quand même aller le voir, c'est mon Karma de geek...

Alexandre a dit…

Ben après avoir fait un long débat avec moi-même, j'en avais conclu qu'il était pire. Parce que par rapport au budget qu'ils ont mis et au film qu'il aurait pu être... La déception est beaucoup plus grande. Et puis Ryan Reynolds quoi...

Enfin, tu me diras ça.