dimanche 8 mai 2011

Thor

Il y a des jours comme ça où, après avoir passé huit heures à m'exploser les yeux devant un PC, j'aime bien m'achever, comme un con, en allant voir un film en 3D.

Thor donc. En y trainant Laura (parce que tout se paye).

L'histoire en gros...
Il était une fois au royaume d'Asgard, Odin, Père de toute chose et Roi des dieux Asgardiens. Il avait deux fils. Loki, Dieu du mensonge, cheveux gominés et gueule qui pue le vice à des kilomètres. Et Thor, Dieu du Tonnerre, double mètres de muscle et chevelure blonde comme les blés. Ce dernier est promis à la succession de son père vieillissant sur le trône. Malheureusement, dans un acte d'arrogance teinté de débilité, il ravive les flammes d'un conflit éternel opposant les Asgardiens aux habitants du royaume de Jotunheim, les géants des glaces. Jugeant son fils irresponsable et surtout, con comme la pluie, Odin lui retire ses pouvoirs et le bannit d'Asgard, au plus grand bonheur de sa raclure de demi-frère Loki. Exilé sur Terre, dépourvu de son statut divin et de Mjolnir, son marteau magique, Thor s'en sort au final pas trop mal puisqu'il tombe sur une jeune astrologue ressemblant comme deux gouttes d'eau à Natalie Portman... Le fumier.

Le scénario est assez basique, sans véritable surprise, et prend bien le temps de présenter le contexte et les personnages. Le film démarre fort, avec la baston sur Jotunheim. Bon je vous épargne le long paragraphe sur l'excitation d'attardé (mais contenue) qui a suivi la première vision de Mjolnir en action sur un écran de cinéma. Très classe.
Malheureusement, la suite du film est moins awesome. La partie sur Terre manque un peu de rythme, de tension dramatique, mais de manière assez inattendue, est très drôle. Les répliques et running gags sont étonnamment efficaces. Ça rend le truc plus agréable à suivre. La remise en question de Thor est un peu torché, mais bon, bizarrement, on va pas s'en plaindre. Le tout fait qu'on s'ennuie pas jusqu'à l'arrivée tant attendue du Destroyer. Une des bonnes trouvailles du film. Superbement fait, un peu sous exploité malheureusement.
Puis vient la baston finale. Anecdotique et frustrante. Parce qu'elle constitue le climax du film de super-héros et d'action en général, une baston finale ça se scénarise un minimum quand même. Ici pas de portée dramatique, ni l'envie d'en mettre plein la gueule. Un défaut récurrent dans les productions de Marvel Studios. Peut-être dû à un manque de moyens. Où ici, au manque d'aisance de Kenneth Branagh dans cet exercice.
En fait le plus gros défaut de Thor, c'est cette petite voix qui, tout le long, te susurre à l'oreille "Plastique, plastique..." L'impression de costumes cheap. Et puis, la représentation d'Asgard (affreusement dorée) et des Asgardiens est un summum de kitsch et de mauvais goût niquant tout l'esthétique du film.

Heureusement, une trouvaille suffit à faire oublier tous ces défauts. Le cul de Natalie (Non, je déconne. Pas cette fois). L'acteur principal, Chris Hemsworth. (Re)connu pour son rôle de Georges Kirk, père de, dans le Star Trek de Abrams. Il confirme le flair de Marvel pour trouver ses premiers rôles et impressionne autant physiquement que par sa capacité à composer un Thor arrogant et plein de panache. Laissant présager des dialogues avec le Stark de Downey Jr. très prometteurs.
À ses côtés, seul Tom Hiddleston parvient à être convaincant. Anthony Hopkins et Natalie Portman, sans être mauvais, sont un peu en vacances et le casting des guerriers Asgardiens est une horreur. Pas aidé par des costumes tout pourris (la ptite voix...). Le parti pris du film étant de donner un caractère universel à ses divinités plutôt que nordique, le résultat est d'un mauvais goût assez douteux. Le jovial Volfstagg ressemble à un Gimli du pauvre. Heimdall, l'imposant gardien d'Asgard est ici un pauvre black sans charisme. Et Hogun... Bon ça doit être dans mes gènes, mais se donner la peine de prendre un niakoué pour au final, lui donner que deux répliques à dire dans tout le film. Je trouve ça un peu insultant... Reste Sif, qu'est quand même méga bonne (la critique devient aisée, ça sent la fin de l'article).

Au final, même si le film n'est pas une totale réussite, le personnage de Thor l'est, lui. Et pour la suite, c'est le plus important. À l'instar des Iron Man, le film distille des clins d'œil et quelques pistes scénaristiques sur la formation à venir des Avengers, notamment avec l'apparition d'Hawkeye et une autre du Cube Cosmique...

Œuvre mineure du genre, un peu un spin-off avant l'heure, la quatrième production de Marvel Studios s'inscrit dans la lignée de ses prédécesseurs. Plutôt fidèle au comics, agréable à regarder, avec ses défauts et ses trouvailles, ne tombant jamais dans le vide abyssal d'un Ghost Rider, mais auquel il manque ce petit quelque chose pour le rendre épique... une centaine de millions de dollars en plus.
Une bonne mise en bouche avant *bave*...
Captain America, en août.


2 commentaires:

Envyzzz a dit…

Je viens d'écrire LITTÉRALEMENT un commentaire de la taille d'un article et ça a planté, je suis dégoutée.

Alexandre a dit…

Putain c'est horrible, t'en dis juste assez pour piquer ma curiosité. Saleté.