lundi 30 mai 2011

La beauté de mon arrêt de tram.

Je suis amoureux. Et même que c'est une fille.

Je l'ai rencontrée il y a moins d'une semaine. C'était mercredi dernier je crois. Le matin.
Comme tous les jours de la semaine depuis maintenant un mois et demi, je me réveille aux alentours de sept heure et demi, sortant d'un sommeil profond mais toujours trop court. Je mate un peu mon PC, me douche et essaye de me rendre un peu présentable. Puis vers huit heure et demi, j'enfile ma besace, chausse mes Veja pourissantes. Et marche jusqu'à l'arrêt de tram. En bas de chez moi, une fois sur cinq, je me dis que le monde est trop silencieux. Alors je remonte chercher mon iPod oublié. Enfin, je m'égare un peu là...

Mercredi dernier donc. J'arrive à l'arrêt de tram. Flandrin Valmy qu'il s'appelle. Ligne C. Elle était déjà là. En train d'attendre. Avec une mou un peu boudeuse qui traduisait son impatience. Il n'y a que nous à l'arrêt. Je lui dis bonjour, elle fait de même en souriant. Puis on échange deux trois banalités jusqu'à l'arrivé du tram. Et chacun part de son côté. Elle est magnifique. À Grenoble, il y a des jolies filles par douzaine à chaque rue avec du "Y en a un peu plus je vous le laisse ?", mais elle, elle est au-dessus du lot. Sa silhouette est divine. Son visage, doux et angélique. Et son fion, sculpté par les anges. D'une beauté plutôt sobre, elle se permet une ptite touche de fantaisie avec un énorme nœud de papillon noir dans ses cheveux.
On finit par se croiser tous les jours. Chaque matin, même endroit, même heure. Parfois en ville. Mais aussi le soir, quand je sors du boulot. Elle est là, à m'attendre. Et on attend le tramway ensemble. En faisant connaissance. Elle ne parle pas beaucoup, j'en ai l'air que plus bavard. Elle est étonnamment drôle. Très cultivée aussi. Son rire est pourri, ce qui lui donne encore plus de charme. Sa compagnie devient le meilleur moment de mes journées routinières.

La suite relève de la chanson pop britannique. Celle à laquelle j'ai été éduqué. Celle qui conte ces rencontres fantasmantes, avec ses banalités et ses moments de grâce. Et qui se conclue par une souffrance presque inévitable. Elle n'est pas d'ici, n'est que de passage. Elle repart bientôt. Surement à la fin de la semaine, sinon plus tôt. Et je ne peux rien y faire. Je redoute ces moments où je me sens faible, complètement dépassé par les évènements, forcé de suivre le cours des choses.
Elle retourne chez elle, aux États-Unis. Pour poursuivre sa carrière d'actrice. Et au bout de quelques mois, de manière aussi naturelle que cruelle, Natalie finira par m'oublier.


(Nan sérieux, faut que je trouve un moyen de chourer cette affiche.)

7 commentaires:

Envyzzz a dit…

J'y ai cru jusqu'au "Elle est là, à m'attendre. "
Je ne suis qu'un semi-pigeon. (ouai au début j'allais te demander de quoi vous parliez et comment tu fais pour engager la conversation avec une inconnue, TSAIS)

Estelle a dit…

Simple: à une heure discrète (le soir, quoi), essaie de soulever le bord des panneaux. Parfois ils ont mal revissé. Un ami m'a obtenu 2 affiches de bus comme ça à Grenoble, il y a quelques années. :)

Alexandre a dit…

@Laura: J'en suis sur que si t'avais pas commencé à voir l'image, je t'aurais pigeonnée jusqu'à la fin.
Ben sinan j'aurais parlé du temps, t'sais comme le mec flippant qui me suit dans le tram.

@Estelle: J'ai déjà regardé. Trop bien vissé. Damned.

Nas a dit…

C'est vrai que sans la photo en dessous ca aurai été possible d'y croire mais le "un énorme nœud de papillon noir dans ses cheveux." avec la photo c'est mort :)

Alexandre a dit…

Ben tiens, Baptiste qu'est ce que tu deviens?

Nas a dit…

La j'ai enfin fini mon année ! Ce dernier 1.5mois j'ai même pas regarder 1 fois un film ou jouer à un jeu vidéo tellement j'avais trop de trucs à faire :s
Je te l'avais déjà demandé dans mon précèdent com mais tu fais quoi exactement en stage ? Car en faite je vois pas trop dans quoi tes spé la :)
Sinon j'ai hâte d'en finir aussi avec les études, marre d'y passer ma vie pour pas un rond lol ...

Alexandre a dit…

Ben yé soui chargé d'études. Chuis dans une entreprise qui édite des logiciels d'enquête et réalise aussi des études. Du coup, je crée des questionnaires, je les administre et je les analyse... Voilà à quoi j'en suis réduit pour les 40 prochaines années.
Sinan c'est cool, parce qu'ils sont tous assez jeunes, et que y a une Wii dans la salle de réunion...