vendredi 30 avril 2010

Iron Man 2.


Une semaine après Kick-Ass, pas le temps de revenir dans le vrai monde de dehors, puisque sort l'un des films les plus attendus de l'année... Iron Man 2.

Dans le genre "super-héros" au cinéma, c'était limite devenue une Loi. Des studios rassurés, un scénario débarrassé des contraintes de présentation des personnages, une plus grande créativité du réalisateur, un budget plus conséquent... Tout cela donnait un deuxième opus qui surpassait largement, et en tout point, le premier. Et cette Loi marchait pour toutes les franchises du genre: Hellboy, Spiderman, Batman, Blade, X-Men...

Et puis vint Iron Man 2.

Bon le film est loin d'être un gros tas de merde. Il est même plutôt bien. Se regarde avec plaisir. Mais par rapport à ce que j'espérais, par rapport au premier film, c'est un peu une déception. Déception qu'on (moi et mon apprentie, je l'ai bien formée) redoutait instinctivement, à la vue des premières bandes-annonces.

Vite fait l'histoire. Ça se déroule quelques semaines après la fin du premier film, où Tony Stark révèle qu'il est Iron Man. Le gouvernement américain cherche alors à s'approprier cette armure, et incite donc Stark à comparaitre au tribunal. Pendant ce temps, à l'autre bout du monde, un méchant russe prépare sa vengeance...

Le film, avec toujours un très bon casting (sauf... Gwyneth), se laisse regarder donc, contient de très bonnes scènes (la scène du tribunal, des scènes d'action spectaculaires), mais nous laisse sur notre faim (trop de défauts, ces mêmes scènes d'action, beaucoup trop courtes). L'impression que le film est moins maitrisé, moins fluide que le premier, des scènes expédiées à l'arrache, l'envie d'en faire trop aussi...
En fait, le plus gros défaut du film, c'est la multiplicité des nouveaux personnages secondaires et des enjeux. Avec un manque de temps pour tous les approfondir, ces derniers deviennent finalement trop superficiels pour qu'on s'y intéresse, qu'on soit plongé dedans. Du coup, à certains moments, le personnage de Tony Stark, autrefois si cool, devient carrément antipathique, se résumant à un seul comportement, une seule idée étirée tout le long du scénario. Pas très subtil.
De plus, les motivations des deux méchants de l'histoire, Justin Hammer et Whiplash, sont un peu simplistes. La jalousie, la vengeance familiale... ça fait trop "méchant de dessin animé". Dans ce genre de films, l'ennemi prend une toute autre dimension dès lors que ses motivations sont plus "altruistes" (démontrer ce qu'est la nature humaine, faire avancer la science, ou encore protéger l'humanité contre... elle-même), même si tout dépend du point de vue évidemment. Après ça, venger papa... c'est un peu bidon comme excuse pour foutre la merde.
Bon pour sa défense, Iron Man fait pas vraiment partie des héros ayant une super galerie d'ennemis (à l'inverse de Batman et sa galerie de freaks). Elle se résume à 2 mecs. Obadiah Stane et le Mandarin. Le reste, d'autres blaireaux en armure plus ou moins futés. Pas de "T'as détruit mon viseur automatique fumier!" donc.
En parlant de gens peu futés. Pepper Potts est encore plus inutile que dans le premier. Je m'attendais à ce qu'elle ait un rôle de "stabilisateur" pour le héros, un soutien moral, une femme forte, celle en qui il voit un refuge, retrouve un équilibre, une Mary-Jane quoi. Et ben visiblement, c'est pas possible, puisqu'elle est bête à bouffer du foin. Elle sert à rien, c'est un boulet. Au bucher Gwyneth.
Et puis il y a cette scène. Lors de l'anniversaire de Stark. Une scène ridicule, embarrassante, gênante, qui peut remettre en cause toute la crédibilité du film. C'est le genre de scène où moi, geek, féru de comics devant l'éternel, se retrouve totalement indigné, mon cœur d'enfant attardé brisé. Ça peut prendre la forme d'un "OUH PUTAIN!! ILS ONT OSÉ TUER CYCLOPS?!!" ou "LA MÈCHE À TOBEY... C'EST QUOI CE BORDEL?!!" En gros, tu te demandes dix mille fois comment ils ont pu mettre ça dans le scénario.

Bon malgré tout ça, le film contient de bonnes surprises qu'on pourrait résumer par The Avengers. En parallèle à l'histoire de base, on suit l'avancement petit à petit du projet Avengers initié par le directeur du S.H.I.E.L.D, Nick Fury (qu'on prononce Fioury apparemment...). Samuel L. Jackson ne sait pas jouer le mec cool, il est cool. Chacune des scènes où il est question des Avengers fait un peu plus monter l'excitation à chaque fois, me faisant baver un peu plus encore, surtout l'après générique de fin.
Autre bonne surprise, Scarlett Johansson dans le rôle de Black Widow. Difficile d'en faire autrement tellement Iron Man 2 est un film à la gloire de son cul. Sinan, niveau jeu, elle est quand même assez crédible (même si j'aurais préféré Emily Blunt dans ce rôle, beauté plus froide, plus proche du comics). Une bonne scène d'action vers la fin, son quart d'heure de gloire durant lequel je me suis demandé "Comment une fille avec des seins si gros peut bouger si vite?"

Pour conclure, disons que donner plus de liberté créative à Christopher Nolan, Sam Raimi, Guillermo del Toro... ça a de la gueule. En donner à John Favreau... tout de suite, ça en a moins.